By continuing to use this website, you agree to our Privacy Policy and the use of cookies to offer you content and services tailored to your interests.

Learn more about these settings

L’aéroport Nice Côte d’Azur rénove sa piste Nord sans impacter son exploitation

Published on 13/01/2021 at 16:54

Depuis le 4 janvier, et pour une durée prévisionnelle d’un mois, l’aéroport Nice Côte d’Azur procède aux travaux de rénovation de sa piste Nord, habituellement dédiée aux atterrissages. Ce chantier, pensé pour réduire au maximum ses impacts environnementaux, s’inscrit dans un programme récurrent de maintien opérationnel des infrastructures.

Comme tous les aéroports et à échéance régulière, Nice Côte d’Azur procède à des travaux de modernisation ou de rénovation de ses équipements. C’est dans ce contexte que s’inscrit le chantier de remise en parfait état de sa piste Nord.

Il consiste à raboter une couche de 20cm à 35cm sur toute la longueur de la piste, soit 2 420 mètres, pour ensuite reconstituer la chaussée en enrobés afin d’obtenir la portance nécessaire au trafic aérien pour les 10 prochaines années.

Afin de limiter l’impact environnemental de ce chantier nécessaire, l’aéroport a choisi de réemployer au moins 20% des déblais et de positionner sur son terrain, au plus près du chantier, une centrale à béton. Cette construction temporaire, dans la zone la plus éloignée des riverains, permet de réduire considérablement le nombre de véhicules de chantier, de type « toupie » notamment, devant pénétrer quotidiennement sur l’aéroport et donc circuler aux abords des terminaux.

« Le réemploi au maximum des déblais et la construction de cette centrale à béton temporaire sont pour nous deux leviers importants visant à réduire les nuisances sonores et atmosphériques de ce chantier, qui s’inscrit dans le cadre d’une politique nécessaire et régulière de rénovation de nos infrastructures », détaille Franck Goldnadel, président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur.

Ce chantier, d’une durée prévisionnelle d’un mois, va mobiliser jusqu’à 200 personnes par jour.
Sa tenue en janvier permet de limiter les contraintes d’exploitation puisque l’ensemble des mouvements du mois, atterrissages et décollages, peuvent être réalisés avec la seule piste Sud, la plus éloignée des riverains.